En camping-car d’Ivan Jablonka

Coucou,

Avis lecture mitigée dans cette bullette. Je vous retrouve pour vous présenter le premier livre que j’ai eu l’occasion de lire pour le Prix Littéraire France Télévisions. Il s’agit de l’essai En camping-car d’Ivan Jablonka.

Je remercie encore France Télévisions pour cette merveilleuse opportunité qu’ils m’ont offerte et je les remercie aussi de m’avoir envoyé ce livre.

Tout d’abord, petite présentation de l’auteur :

Ivan Jablonka est un écrivain et historien français. Il est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-XIII-Nord. IL est aussi codirecteur de la collection La République des idées aux éditions du Seuils et rédacteur en chef de La Vie des idées.

Il est lauréat du prix du Sénat du livre d’histoire (2012), du prix Guizot de l’Académie française (2012), du prix Augustin Thierry des Rendez-vous de l’histoire de Blois (2012), du prix du journal Le Monde 2016 et du prix Médicis 2016.

Le résumé :

Le camping-car nous a emmenés au Portugal, en Grèce, au Maroc, à Tolède, à Venise. Il était pratique, génialement conçu. Il m’a appris à être libre, tout en restant fidèle aux chemins de l’exil. Par la suite, j’ai toujours gardé une tendresse pour les voyages de mon enfance, pour cette vie bringuebalante et émerveillée, sans horaires ni impératifs. La vie en camping-car.

J.

Ivan Jablonka a publié aux éditions du Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », « Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus » (prix du Sénat du livre d’histoire 2012) et « Laëtitia ou la fin des hommes » (prix Médicis 2016).

Dans ce livre, Ivan Jablonka esquisse une socio-histoire de son enfance, transformant l’autobiographie en récit collectif, portrait d’une époque.

Quel est mon avis sur cet essai ?

Dans ce récit qui se situe entre l’essai et l’autobiographie de jeunesse de l’auteur, nous embarquons avec lui au travers de ses propres souvenirs de vacances, dans les années 1980. Il nous raconte ses souvenirs de vacances en camping-car avec ses parents et des amis. Il fait une sorte de socio-histoire de son enfance mais aussi de ce moyen de transport.

Les vacances en camping-car étaient un style de vie pas toujours bien compris par les autres. La famille de l’auteur était une famille récemment montée dans l’échelle sociale, le père d’Ivan étant ingénieur et sa mère professeure de lettres classiques. C’était donc une famille à la fois bourgeoise par sa vision du monde, mais encore très prolétaire dans son comportement. Ce récit s’intéresse donc à la signification de tel ou tel comportement dans une histoire familiale. Il aborde aussi la question du temps qui passe et des sources car l’auteur s’appuie à la fois sur ses carnets de voyage de l’époque et sur les témoignages de son père et amis. En cela, c’est un récit qui peut intéresser des sociologues ou historiens. Ou encore des gens qui ont vécu dans cette génération ou souhaitent la découvrir mais je ne suis pas certaine que ce soit un essai qui puisse être adapté à tout un public de lecteurs et c’est ça qui m’a posé problème.

Pour moi, en tant que jeune lectrice de 20 ans, je ne peux pas m’identifier à cette période et donc cela rend ma lecture moins agréable !
Ivan Jablonka remet sa propre enfance dans le contexte des années 70 et 80, en s’appuyant sur les sources qu’il a conservé et sur les témoignages des proches, tout en se racontant lui-même. C’est une forme d’autobiographie/essai que je trouve originale, car l’auteur écrit à la première personne, ce qui donne au récit un côté très personnel tout en essayant de l’analyser avec le regard de l’enfant devenu adulte et, surtout, devenu papa à son tour. Il ajoute la touche de l’historien, et cela donne à ce texte un réel charme, c’est d’ailleurs probablement ce qui a sauvé ma lecture car il a réussi à me passionner avec toutes ces explications historiques.
L’auteur nous livre vraiment sa vie, ce qui la marqué lui personnellement, par exemple « Soyez heureux ! » rugit le père au volant du camping-car cet été de 1986 car il lui est insupportable pour lui que ses fils n’admirent pas le désert marocain, ne profitent pas de ces aventures de vacances qu’ils leur offre, lui en tant que père mais aussi leur mère.

Dans son récit, Ivan Jablonka en profite aussi pour nous expliquer que ses parents n’ont pas eu cette chance de profiter de vacances en famille. Son père surtout, dont les parents ont été assassinés à Auschwitz, a grandi dans les institutions réservées aux orphelins de la Shoah, dirigées par la Commission centrale de l’enfance, organisation juive communiste. C’est une injonction au bonheur que son père n’a pas connu car maintenant ce père offre ce privilège à ses enfants. Cela devient ici un acte de résistance, revanche face à la tragédie de ses aïeux. Le père d’Ivan Jablonka concrétise cette revanche avec sa famille et ses amis chaque été de la décennie 1980.

Entre une mère prof de lettres qui adore l’antiquité gréco-latine et un père scientifique, les fils explorent des territoires où ne s’aventurent pas forcément les touristes. Ces découvertes dans des lieux méconnus du grand public sont une manière pour les parents d’apporter à leurs enfants toute la culture intellectuelle qu’ils ont dans leur esprit mais aussi leurs apporter ce qu’ils n’ont pas vécu eux en tant que parents dans leur jeunesse.

Les vacances se passeront de Corse en Turquie, du Portugal en Italie, de la Grèce au Maroc ou en Sicile. C’est pour cette famille une manière joyeuse et toujours culturelle de combler les manques qui sont mis en valeur par la plume d’Ivan Jablonka, un des fils de la famille, qui ainsi rend donc hommage à toute la famille mais surtout à ses parents.

Comme je vous l’ai dit précédemment, les vacances de cette famille se passent en camping-car mais pas n’importe quel camping-car, non ! C’est un combi Volkswagen, culte et très à la mode pendant ces années. Le camping-car correspond à une métaphore d’une culture, d’un peuple, d’une exigence d’ouverture, de curiosité mais surtout d’une époque en mouvement. Jablonka érige sur le combi Volkswagen un vrai mythe.

En ce qui concerne la plume de l’auteur,  il n’est pas désagréable à lire ; l’historien qu’est Ivan Jablonka profite des voyages en combi lors de sa jeunesse pour partager son savoir en évoquant des passages de l’Histoire de l’Antiquité jusqu’aux années 80. Il a un vrai style littéraire, avec beaucoup de sérieux, peut-être un peu trop universitaire. Mais c’est tout de même un style de plume très plaisant, qui change de ce que j’ai l’habitude de lire. Il écrit à la première personne, s’intègre dans le récit, tout en proposant une analyse socio-historique très intéressante.

En conclusion, Ivan Jablonka dresse le portrait d’une génération, celle de mes parents ce qui m’a permis de découvrir un peu plus sur leur génération même s’ils n’ont pas vécu la même chose !

Je conseille cet essai si le genre socio-historique et autobiographique peut vous plaire mais ce n’est pas forcément un essai que je conseille à tout le monde car il peut parfois être long. Et surtout pour la jeune génération, personnellement je n’ai pas réussi à m’y identifier ce qui a fait de ma lecture une lecture mitigée. Mais j’ai tout de même apprécié le côté explication historique ainsi que la plume de l’auteur.

C’est le premier essai que j’ai lu pour le prix France Télévisions 2018, c’est aussi le gagnant qui a été élu, même si ce n’est pas mon gagnant dans mon esprit !

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à venir discuter avec moi ! N’hésitez pas non plus à me dire si vous avez lu cet essai ou s’il vous tente ? Ou encore si vous avez déjà lu d’autres livres de l’auteur.

6 réflexions sur “En camping-car d’Ivan Jablonka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s