Le jour où je me suis aimé pour de vrai, Serge Marquis

Coucou,

Dans cette nouvelle bullette, je vous retrouve afin de vous parler d’un livre que j’ai lu cet été. Il s’agit du livre de Serge Marquis «Le jour où je me suis aimé pour de vrai ». Un livre que j’ai eu envie de découvrir après avoir vu la vidéo présentation que Serge Marquis a fait et que j’avais vu par hasard. C’est une très bonne lecture pour moi.

Tout d’abord, petite présentation de l’auteur

Serge Marquis est un médecin spécialiste en santé communautaire et consultant dans le domaine de la santé mentale au travail. Depuis plus de trente ans, il s’intéresse à la santé des organisations et a développé un intérêt tout particulier pour le stress, l’épuisement professionnel et la détresse psychologique dans l’espace de travail. Il s’est également intéressé à la difficulté de maintenir un équilibre entre la vie au travail et à l’extérieur du travail. Il a étudié la perte de sens, la soif de reconnaissance et le rapport complètement névrosé qu’a l’homme moderne avec le temps. Il a également soigné un grand nombre de personnes devenues dysfonctionnelles au travail.

Serge Marquis donne d’ailleurs à cette occasion des conférences qui attirent de nombreuses personnes et intervient régulièrement dans les médias afin de faire connaitre ces sujets importants pour le développement personnel de chacun d’entre nous.

En 1995, il a mis sur pied sa propre entreprise de consultation dans le domaine de la santé mentale au travail, T.O.R.T.U.E (Organisation pour Réduire les Tensions et l’Usure dans les Entreprises).

C’est aussi afin de mieux faire connaitre tous ces sujets de développement personnel qu’il a écrit de nombreux livres qui peuvent atteindre un plus large public.

Résumé

«Et vous, avez-vous commencé à vivre ? » Charlot, 9 ans

Maryse est une éminente neuropédiatre, une femme belle et intelligente, affreusement narcissique et persuadée d’avoir toujours raison. Elle est aussi la mère de Charlot, fils singulier, qui l’émerveille et l’exaspère à la fois. C’est que Charlot, Petit Prince désarmant de vérité, la confronte à des questions philosophiques. Quel sens donner à sa vie lorsqu’on traverse des épreuves ? Où se cache l’amour lorsqu’on fait face à l’intimidation, la bêtise, la peur de l’autre ? Et surtout, qu’est-ce que l’ego, cette chose dont tout le monde semble souffrir ?
Animé d’un courage fou, d’une humanité à fleur de peau, Charlot va apprendre à sa mère, et à beaucoup d’autres, qu’en se dépouillant de ses certitudes, en cessant de se regarder le nombril, on peut enfin accéder à la vraie joie, celle du lâcher prise et de l’intelligence du cœur. Et surtout : apprendre à s’aimer pour de vrai.

Une extraordinaire leçon de vie, profonde et lumineuse, dont on sort bouleversé d’émotion.

Spécialiste de la santé mentale au travail au Québec, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences par an dans le monde. Il a créé sa propre entreprise de consultation, T.O.R.T.U.E. (Organisation pour Réduire les Tensions et l’Usure dans les Entreprises). Il est l’auteur du fabuleux succès On est foutu, on pense trop ! la méthode pour «se libérer de Pensouillard le hamster ».

57CD455E-2FE7-44DE-8990-7F05CCD4C268
Mon avis

Je pense que vous l’avez surement remarqué mais cet été j’ai eu besoin et je pense que j’en ai de plus en plus besoin de m’intéresser aux livres de développement personnel et de philosophie de vie car cela donne de l’inspiration pour nos vies mais aussi par que cela permet de découvrir des choses que l’on ne connait pas forcément. Mais j’avoue que pour une fois, j’avais envie de découvrir le développement personnel mais plutôt à travers une histoire fictive.

Ce roman de développement personnel qui me fait beaucoup pensé à ce que peut faire Laurent Gounelle ou encore Fréderic Lenoir qui sont deux auteurs que j’aime beaucoup.

Ici, dans ce livre nous allons suivre Maryse, grande neuropédiatre reconnue qui soigne des enfants atteints du cancer. Sauf que Maryse est une femme égocentrique et narcissique, qui ne fait preuve que de peu d’empathie, que ce soit envers ses patients, ou pire envers son propre fils, Charlot.

Âgé d’une dizaine d’années, ce petit garçon qui est pourtant déjà très grand dans sa tête va montrer une grande maturité face au comportement de sa mère, il va être patient, respectueux mais surtout il va lui apprendre progressivement à changer de comportement et à s’ouvrir aux autres, une très jolie prouesse pour un enfant.

Un jour, en rentrant de l’école, ce petit garçon va poser une question d’une grande maturité à sa mère et sans s’en rendre compte, cette question va changer la vie de sa maman. « Maman qu’est-ce que l’égo ? », une question qui va rester sans réponse ou alors des réponses qui ne correspondent pas aux attentes de ce petit garçon déjà bien grand. Il ne s’en satisfera jamais, va insister jusqu’à presque agacer tout le monde autour de lui ou pire donner envie aux gens de fuir cette question.

J’avoue qu’en lisant, je me suis posée la question, qu’est-ce que l’égo, une question à laquelle je n’avais jamais pris le temps de répondre et un mot qui ne m’avait même jamais questionné. Mais là, en voyant dans ce récit, que même la propre mère de ce petit garçon qui est pourtant une femme reconnue et qualifiée dans son métier, je me suis dit que c’est une question qui n’est vraiment pas facile et même très philosophique. Alors je sais bien que dans la vie on ne peut pas tout connaitre ni tout savoir mais je me suis demandé pourquoi cette question était aussi difficile. J’ai donc pris le temps de poser mon livre, aller faire quelques recherches avant de poursuivre ma lecture. Je ne développerais pas cette question ici car la réponse serait vraiment très longue mais c’est une bonne idée de réflexion. En résumé, ce que je retiens de l’égo, c’est qu’il est une chose mauvaise, qui nous pourrit de l’intérieur, et qui nous empêche de vivre pleinement notre vie.

Cette question a lieu au tout début du roman et lance une aventure humaine d’une sensibilité inouïe ou chaque personnage nous pousse à réfléchir, nous touche et nous saisit.

Les personnages sont tous attachants à leur manière : Maryse, Charlot,George, un psychiatre profondément inspiré et inspirant, sensible, timide ; une meilleure amie  décalée qui accompagne les premiers instants de vie et que je trouve vraiment passionnante ; un père absent ; des enfants qui observent le monde avec finesse, sagesse et poésie ; etc… Une véritable aventure humaine qui fait du bien.

La narration sous forme de roman est le gros point fort de ce livre puisqu’elle m’a permis de m’immerger rapidement et totalement dans l’histoire. Je pense même que pour un sujet de questionnement aussi fort, la forme narrative était nécessaire pour ne pas dire obligatoire. Je n’ai ainsi pas eu le sentiment de lire un cours sur l’ego mais plutôt de lire un récit dans lequel l’ego est un personnage à part entière.

La plume de l’auteur est légère, simple mais fluide. Les aventures humaines de ce récit sont fortes ? J’ai été particulièrement touchée par un passage évoquant la maladie d’Alzheimer, que je connais personnellement bien car elle touche une de mes mamies, la meilleure amie de Maryse mettant exactement les mots sur ce que je ressens. Cette peine d’avoir perdu même si elle est avec nous, la personne que l’on connaissait, que l’on aime et d’avoir le sentiment de ne plus vivre autant qu’avant, de ne pas pouvoir l’aider et la voir s’évader petit à petit dans un autre monde. Une situation difficile car on voit bien que la personne ressent des choses mais n’arrive plus à les exprimer comme avant.

Accompagner une personne qui a Alzheimer n’est pas quelque chose de facile mais cela nous aide à apprendre à aimer sans rien attendre en retour, juste être là, profiter de chaque petits instants, rigoler avec elle quand elle prend le fauteuil roulant pour une solution de transport en commun ou alors une poussette pour te promener comme quand tu étais petite, profiter de ma grand-mère tout simplement. Voici aussi une petite partie des mots que ce livre nous aide à mettre sur nos pensées.

Un véritable roman qui nous inspire, fait du bien et nous aide à illustrer nos pensées.

En conclusion, ce roman est une jolie surprise pour moi, une histoire d’amour et d’amitié avec soi-même et avec les autres. De nombreuses émotions et questionnements qui nous font passer un bon moment. Je crois sincèrement qu’il est important pour chacun de faire sa propre lecture. Un roman qui pose des questions et vous invite à trouver vos réponses. J’avoue que je crois que c’est pour cela que j’aime autant le développement personnel, j’aime beaucoup la philosophie et je trouve intéressant de pouvoir développer de nouveaux raisonnements grâce à nos lectures.

Chaque page contient une petite pépite, les mots sont des images, les lignes sont des partitions qui vous bercent et parfois viennent chercher au plus profond de vous-même ce que vous avez de plus pur. Mais surtout chaque instant de lecture nous apporte sa petite touche de couleur pour nous aider à compléter le joli tableau de notre vie.

Un très bon roman qui nous invite à être bienveillant avec nous-même et qui pour ma part me donne envie de prendre le temps de découvrir Serge Marquis.

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à venir discuter avec moi. Avez-vous lu ce livre ou vous tente-t-il ? Connaissez-vous Serge Marquis ? Dites-moi tout.

2 commentaires sur “Le jour où je me suis aimé pour de vrai, Serge Marquis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :