Violette autour du monde, Teresa Radice et Stefano Turconi

Coucou,

Violette autour du monde de Teresa Radice et Stefano Turconi est une trilogie de BD que ma petite sœur a reçu en cadeau à Noël de la part de nos grands-parents et qui m’a beaucoup intriguée alors je lui ai emprunté afin de les découvrir. C’est un petit coup de cœur.

Tout d’abord, une petite présentation de la saga s’impose.

C’est série jeunesse pour les 8-12 ans : un cirque, de l’humour, une héroïne intrépide et de nombreux voyages !

Bienvenue dans le monde merveilleux du Cirque de la lune ! Votre guide ? L’astucieuse Violette, fille d’une femme-canon et d’un dompteur d’insectes. Cette gamine au grand cœur vous entraîne dans ses pérégrinations. De Paris au sommet de l’Himalaya en passant par les grandes plaines américaines, découvrez ceux qui font vibrer notre héroïne aux cheveux d’ange : Henri de Toulouse-Lautrec, Antonin Dvořák et bien d’autres !

Le premier tome de cette trilogie nous emmène à la découverte du monde merveilleux et féérique du cirque et à la découverte de l’histoire de Toulouse-Lautrec, ce célèbre peintre. Pour le choix de l’artiste, je ne sais pas si c’est le peintre le plus connu pour le public ciblé mais je trouve que c’est justement une jolie façon de commencer à découvrir son histoire.

Le cirque de la Lune a été fondé à Paris par les grands-parents de Violette au début du 19è siècle. On se prend d’amitié pour cette jeune Violette, qui aimerait parfois une vie un peu plus « normale » que celle du cirque, toujours sur les routes, et qui en oublie un peu d’apprécier cette vie qu’elle aime malgré tout. Mais la rencontre avec le grand peintre va la faire évoluer.
Les illustrations sont très belles, l’histoire aussi, cette saga a vraiment tout pour charmer un public petits ou grands.

Le second tome de cette saga se poursuit sur la même lignée. Nous nous retrouvons en 1893 à New-York. Nous retrouvons Violette et le Cirque de la Lune de l’autre côté de l’Atlantique. Le cirque est en partance pour le canada et se retrouve flanqué de deux passagers clandestins, un compositeur qui fuit la presse et un indien qui fuit les forces de l’ordre.
Alors que le premier volume évoluait autour de la peinture, ici, c’est la musique qui est au centre de l’histoire. Violette croise en effet la route du compositeur Antonín Dvořák alors qu’il compose sa Symphonie du Nouveau monde. Le jeune indien Hiawatha, lui aussi doué pour la musique, ouvrira les yeux des autres personnages sur l’importance de la nature, des traditions, de ses racines et de la vie tout simplement.

Personnellement Dvořák est un compositeur dont j’ai déjà à de nombreuses reprises entendues sa célèbre symphonie jouée par des proches dans un orchestre donc tout au long de ma lecture je l’avais en tête. Pour un jeune public, tout comme je vous le disais pour le premier tome je ne sais pas si un jeune public connaitra ce compositeur mais c’est une jolie façon de les initier et de leur faire découvrir la musique symphonique. D’ailleurs, si vous ne connaissez pas cette symphonie, je vous invite fortement à prendre le temps de l’écouter, je vous assure une belle découverte musicale !
Je suis toujours subjuguée par les couleurs et les illustrations, c’est beau, poétique, un vrai moment cocooning de bonheur et de douceur dans la nature canadienne à l’automne. À travers l’intrigue de cette bd, c’est une ode à la tolérance, au partage et à l’écoute qui est transmise au lecteur.

Quant au troisième tome de cette saga, il nous emmène à la découverte des magnifiques paysages de l’Himalaya. Violette continu à vivre des aventures au cœur du cirque entouré de sa famille, de ces amis et ce voyage va être pour elle la possibilité d’accompagner son grand-père vers une nouvelle étape dans sa vie. Attention, c’est le moment émotion où il faudra peut-être prévoir les mouchoirs.

C’est toujours un plaisir de retrouver Violette car j’adore son univers pleins de douceur, de gentillesse et de bonté.
Pour une fois, les artistes vont changer leurs habitudes pour mieux se rapprocher et prendre le temps de discuter et d’échanger. Un évènement particulier va chambouler l’équilibre habituel. Le chemin qu’ils vont emprunter, ils l’avaient pris il y a bien longtemps et doivent le refaire une dernière fois, pour un hommage, pour une promesse.
C’est un dernier tome profond, touchant mais toujours aussi doux, agréable, sincère. Les récits de rencontres entre les membres du cirque se dévoilent pour mieux nous apprendre à les aimer encore plus. Chacun a une raison d’être là et les liens qui les rapprochent sont authentiques. L’amitié, l’amour les rassemblent pour donner au lecteur un peu de magie et de fantastique. Cela clôture en beauté cette saga au charme fou. J’aurais d’ailleurs adoré que cela continu encore dans d’autres tomes tellement c’est une pépite !

Une dernière petite chose, c’est une trilogie de BD mais après avoir lu tous les tomes, je pense qu’ils peuvent être lu complètement indépendamment les uns des autres.

J’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ? Si c’est une saga que vous connaissez ? Personnellement, je n’en avais jamais entendu parlé avant de la découvrir à Noël dans les cadeaux de ma petite sœur alors il me tenait encore plus à cœur de vous en parler ici.

Un commentaire sur “Violette autour du monde, Teresa Radice et Stefano Turconi

  1. Ping : Mes lectures du mois de janvier – Les bullettes colorées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :