Comme les autres

Coucou,
Cette bullette me tient particulièrement à cœur depuis un très long moment maintenant. Ces mots que vous allez lire sont des mots que j’ai commencé à écrire il me semble depuis le début du blog ou très peu après parce qu’ils me tiennent à cœur et que c’est un sujet dont je souhaite parler depuis un moment. Je n’avais jamais fini d’écrire cet article car il n’est pas des plus facile à écrire. C’est un sujet qui me tient tellement à cœur que j’ai besoin qu’il convienne complètement à ce que je souhaite.
Au départ, cet article était nommé « Je suis en situation de handicap et malade chronique mais… » sauf qu’en reprenant son écriture il y a quelques semaines et encore plus après avoir vu l’émission sur France 2, j’ai ressenti le besoin de nommer autrement, beaucoup plus simplement.
J’espère que cet article vous plaira, je vous souhaite une bonne lecture.

Ces mots que vous allez lire sont les miens, ils me sont propres et relatent ma vision des choses. Il est toutefois important pour moi de rappeler que nous sommes tous différents (que l’on soit malade ou non, en situation de handicap ou non), que nous sommes tous des êtres humains, chacun a une perception différentes des choses. Chaque point de vue est respectable et doit en aucun cas être soumis à un jugement car seule la personne le vivant peut savoir ce qu’elle ressent. Dans cette bullette, je vais mettre des mots sur ce que je ressens face à mon handicap et ma maladie, comment je le vis. Je vais aussi parler de phrases entendues qui m’ont personnellement touchée et que je ne veux plus entendre car je ne comprends pas que l’on puisse dire ce genre de choses. Cette bullette est née de phrases que j’ai entendu, qui m’ont touchée mais aussi de discussions très enrichissantes avec des personnes qui me sont proches ou certains d’entre vous qui ont souhaité apprendre à me connaître au-delà de mes articles.

La première fois que l’on rencontre une personne, que l’on souhaite apprendre à faire sa connaissance, généralement, on souhaite connaitre son histoire, qu’elle se présente.

Pour ma part, si je devais me présenter je dirais :

« Coucou, je m’appelle Marine, j’ai … ans, je suis passionnée par la couleur, l’art, le dessin, la photographie, la littérature, la nature, la musique, la cuisine, etc…

Au quotidien, je suis une personne qui apprécie le calme, la positivité, vivre dans sa petite bulle de douceur et qui a toujours le sourire. Je suis une amoureuse de la vie qui profite de chaque instants et de tout ce que la vie m’offre à vivre.

Ma vie se compose aussi de petites particularités, mon handicap, mes maladies qui sont pour moi une véritable force au quotidien qui m’ont permis au fil du temps de me forger une philosophie de vie bien à moi. Elles ne font pas de moi une personne différente car je me considère comme les autres. »

C’est une présentation qui me correspond, elle est simple et efficace je trouve. Pour moi, une présentation est le reflet de la personnalité d’une personne. Le handicap et la maladie ne change en rien à la personnalité de celle-ci et je trouve primordial de le rappeler. Pour ma part, je suis physiquement en situation de handicap et malade chronique mais psychologiquement je me sens juste femme, juste Marine, un être humain comme tout le monde. Je ne souhaite pas que mes proches, mes ami(e)s, ma famille, quelqu’un qui apprend à me connaître, me considère autrement. Je souhaite que l’on me considère pour ce que je suis, pour ma personnalité et non pas que l’on me juge sur le handicap et la maladie qui se voit physiquement. D’ailleurs, il m’arrive parfois d’oublier le handicap et la maladie tellement j’ai l’habitude.

Pour la petite anecdote, il y a quelques semaines une personne proche qui m’a dit « Mais finalement au quotidien tu fais carrément plus de choses que moi, tu as toujours le sourire, la joie de vivre, le handicap et la maladie ne sont pas des freins pour toi, comment c’est possible ? ». J’avoue que cela m’a fait rire car c’est le reflet exact des choses. C’est tout à fait cela, au quotidien, j’ai tellement appris à vivre avec le handicap, avec la maladie que je ne me pose pas la question, je ne me considère pas comme différente, j’adapte, je fais à mon rythme, je contourne un obstacle, je trouve une solution, si besoin je demande de l’aide (bien que ce soit quelque chose que j’ai encore du mal à faire) mais ce sont des choses qui me paraissent tout à fait naturel, c’est pour cela que des fois j’oublie ces petites particularités. J’avance à ma façon et je vis tout simplement. Tout comme tous les êtres-humaines de notre planète avance à leur façon, nous avançons tous à notre façon, est-ce que pour autant nous devons considérer les autres différemment ?

Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu du mal à accepter le handicap et la maladie, ma personnalité n’a pas changé malgré les épreuves de la vie. Au contraire, cela m’a rendue plus forte. C’est pour cela que je souhaite être considérer pour ma personnalité, pour ce que je suis et non pas être jugée.

Le handicap et la maladie sont mes petites particularités mais on a tous une ou plusieurs particularités, non ? Qu’en pensez-vous ? Est-ce que pour autant c’est pour cela que l’on doit considérer l’autre comme une personne à part ? Pour ma part, je ne pense pas, je trouve même cela fortement dommage. Et pourtant, encore en 2020, la réalité est tout autre. Au fil des années, depuis l’arrivée « physiquement » de ces petites particularités dans ma vie, j’en ai entendu des choses que je n’aurais jamais voulu entendre, j’en ai vu des choses déplacées. Ici, je vais vous mettre quelques phrases qui m’ont marqué car malheureusement même de nos jours une personne est bien souvent jugée sur un physique, etc…et c’est très triste. Ce n’est pas quelque chose de facile à aborder pour moi car cela me touche beaucoup et j’avoue ne pas réussir à comprendre comment on peut dire ce genre de choses.
« Je préfère trainer avec d’autres gens, toi tu es différente, tu es handicapée, on peut plus être amie, tu as changé. »

« Lorsque tu es avec nous, j’ai honte car tu n’es pas comme nous. »

« Je te préférais quand tu marchais. »

« Je suis désolée mais je ne te vois plus comme ma meilleure amie, je vois ou pense que à ton handicap, ta maladie, je n’arrive plus à partager des choses avec toi. »

« Tu vois bien que tu ne peux pas faire ça avec nous, pourquoi tu veux venir ? »

Je vais m’arrêter là, je pense que vous aurez compris mais sachez que des phrases comme ça je pourrais encore vous en citez beaucoup.

Ces phrases que je viens de vous citer ont pour but de sensibiliser et d’amplifier ce que j’ai dis auparavant. Personnellement, je n’ai pas changé, je suis toujours la même avec la même personnalité, ces petites particularités de ma vie ne font pas de moi une personne différente, elles me rendent plus forte. Elles m’ont appris à connaître vraiment les personnes qui m’entourent et à savoir qui je veux vraiment garder à mes côtés ou non.

Pour revenir à cette question de la présentation, bien souvent, quand on rencontre une personne handicapée ou malade pour qui cela se voit physiquement car ne l’oublions pas il y a aussi beaucoup de maladies et de handicaps « invisibles », cette question « Raconte-moi ton histoire que je puisse apprendre à te connaître un peu plus » sous-entend bien souvent « Qu’est ce qui fait que tu as ce handicap, cette maladie ? » ou plus simplement « Qu’est ce qui fait que tu es différent(e) ? ». Hors, beaucoup des personnes malades, en situation de handicap, pour ma part, la majeure partie de ceux que je connaisse ne souhaite pas évoquer cela. Pour plusieurs raisons : la première que c’est quelque chose de personnel et que cela serait comme demander à quelqu’un « Quelles sont les épreuves que tu as vécues dans ta vie ? » ; pour la seconde, bien souvent tout du moins pour la majeure partie des personnes que je connaisse, la personne ne souhaitent pas être considéré comme quelqu’un de différent mais juste être considéré en tant que personne pour sa personnalité, ses passions, etc…

Au fil des années, j’ai appris à évoquer mes petites particularités à ma façon mais sans rentrer dans les détails par choix car pour moi, elles font partie de ma vie mais cela ne fait pas de moi une personne différente. Ces petites particularités sont une force au quotidien, j’en ai fait une philosophie de vie bien à moi et je trouve important de dire comment je me perçois au quotidien.

Néanmoins, je n’éprouve aucun souci à évoquer mon histoire si l’on me pose la question car pour moi, partager mes pensées, sensibiliser à divers sujets de la vie notamment ici par rapport au handicap, à la maladie, à la différence c’est pour moi quelque chose d’important. C’est une forme de sensibilisation, la plus simple et la plus naturel qu’il soit à mes yeux tout du moins.

En conclusion, nous sommes tous différents, nous sommes tous humains, apprenons à vivre ensemble, à partager ensemble, à se transmettre des choses mais arrêtons de juger l’autre sur un physique, sur un handicap, sur une maladie, sur une différence, etc…

Je me considère comme les autres et je pense que nous sommes nombreux dans ce cas-là.

Une dernière petite chose avant de clôturer cet article, je vous invite chacun d’entre vous si ce n’est pas déjà fait, à aller regarder l’émission « Comme les autres » diffusé le 5 mai dernier sur France 2. Je pense que vous comprendrez avec encore plus de profondeur où je souhaite en venir avec ces mots. Un documentaire profond qui personnellement m’a beaucoup touchée, beaucoup émue, que j’ai déjà regardé plusieurs fois car il fait du bien, il transmet de merveilleuses valeurs sur le vivre ensemble, le non-jugement de l’autre, l’acceptation, etc…

Je vous le conseille vraiment, une très belle émission que tout le monde devrait voir.

Ce n’est pas un article qui a été facile à construire, à écrire, j’espère malgré tout qu’il vous aura plu et que vous aurez compris où je souhaite en venir. Il me tient profondément à cœur. N’hésitez pas à me faire vos retours, à me dire ce que vous en avez pensé, à vous confier en commentaires.

6 commentaires sur “Comme les autres

  1. Ping : Les bullettes colorées

  2. Merci pour ce bel article, merci pour tes confidences sincères. Je trouve qu’il est important d’en parler et de sensibiliser, même si ça doit être usant d’avoir besoin de le faire, mais c’est pourtant nécessaire. Comme tu le sais, j’ai adoré l’émission moi aussi.
    Je suis assez choquée par les petites phrases qu’on a pu te dire même si je suis seulement à demi surprise… Ils ne manquaient pas de culot tes amis! Mais pour avoir été dans l’incapacité de bouger quelques temps, j’ai bien remarqué que la plupart des gens n’avaient pas envie de s’adapter et préféraient garder leur rythme, ce que je peux comprendre quand c’est pour une durée limitée.. Mais renier quelqu’un, c’est une preuve qu’on manque d’amour et donc tant mieux s’ils ne sont plus dans ta vie, ils ne te méritaient pas, c’est certain.
    La seule chose que j’ai encore du mal à comprendre, par contre, c’est le fait que la question et l’intérêt qu’on porte à l’histoire de chacun soit déplacée. Je comprends que ce soit délicat et que, parfois, on n’ait pas envie d’en parler ou de répéter encore et encore. Je comprends aussi que ça, c’est souvent à cause du voyeurisme et de la curiosité malsaine de certains. Ceux qui veulent juste entendre du « croustillant » ou des drames parce qu’ils trouvent ça dingues. Mais malheureusement, ça pénalise les gens comme moi, qui cherchent vraiment à connaitre les gens de façon profonde et pas en surface, qui cherchent à creuser. Que ce soit pour un handicap ou une histoire en général, j’aime connaitre les failles des gens, leurs épreuves, d’ou ils sont partis, ce qu’ils ont traversé, parce que pour moi, c’est une preuve de vérité que de se livrer. Mais ce que tu dis dans ton article me révèle que ce n’est peut-être pas normal de vouloir savoir tout ça, ou qu’en tout cas, il ne faut pas brûler les étapes et peut-être faire connaissance en surface les premiers temps et attendre quelques mois, voire année, pour entendre la personne se confier. Ahlala… Les relations et moi… x)
    Encore merci pour tes confidences, j’espère que la publication de cet article t’a fait du bien. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Coucou Justine,
      Merci beaucoup pour ton joli retour qui me touche beaucoup.
      Cela me fait plaisir de voir que tu as été sensible à cet article, je me doutais qu’il allait te plaire.
      C’était en effet une magnifique émission.
      Pour les petites phrases elles ne sont malheureusement ici que quelques unes parmi d’autres. Et je comprends que tu ne sois que peu surprise de tout cela car malheureusement ce sont encore des choses compliquées dans notre monde actuel mais j’ai l’espoir qu’un jour tout ceci n’existe plus.
      Pour ce qui est du fait de faire connaissance avec les gens, poser des questions, etc…en fait je trouve que cela dépend de la façon dont c’est fait, si c’est fait avec la plus grande des bienveillances cela ne pose à mes yeux pas de souci, cela dépend aussi de chacun car nous n’avons pas tous la même perception de tout cela ni la même envie d’en parler. Pour ma part, cela ne me dérange pas d’en parler du moment qu’il y a de la bienveillance, du respect mutuel et aucun jugement. Après j’avoue que lorsque je fais connaissance avec quelqu’un et que je sais que je peux créer un lien à l’avenir, je mets une sorte de barrière tout simplement pour me protéger et ne plus revivre certaines choses que j’ai pu vivre.
      Pour répondre à ta question, parler de tout cela, sensibiliser, n’est pas quelque chose que je trouve épuisant, je trouve que c’est passionnant et intéressant à faire au contraire mais il faut pas que cela soit tous les jours non plus, il faut une juste mesure comme on dit.
      Merci encore à toi d’avoir pris le temps de me faire un retour.
      Cet article m’a en effet fait beaucoup de bien, il était en route depuis un long moment et il était temps de le publier.
      Bisous

      J'aime

  3. Ping : Joyeux blog anniversaire, je fête mes 3 ans – Les bullettes colorées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :