De mois en mois : juin 2020

Coucou,

Dans cette bullette, je vous retrouve pour vous proposer la bullette « De mois en mois de Juin », j’espère que cela vous plaira. Je vous souhaite une bonne lecture 🙂

Mes souvenirs du mois de Mai

Au mois de Mai, il y a eu des jolies souvenirs, ceux de la vie qui reprend petit à petit son cours, de balades dans la nature un peu plus longue, de retrouvailles avec mes proches. Ce sont de très jolis souvenirs que j’ai immortalisé en photos dans mon bujo. Au mois de mai, je garde aussi le souvenir du bibliothon créé par Bulledop qui a permis un joli moment de partage virtuel autour du monde des livres et de la culture. Je garde aussi le souvenir de mon article « Comme les autres » que je tenais a publié depuis un long moment tellement ces mots étaient important pour moi.

Sorties littéraires du mois de Juin

Comme je vous l’ai dit dans mon article « De mois en mois : Mai 2020 », au mois de juin, il y a énormément de sortie littéraire annoncée. En effet, avec le confinement tout s’était arrêté et maintenant la vie reprend petit à petit son cours donc les maisons d’éditions essaye de rattraper le retard si l’on peut dire ça et de repartir les sorties prévues sur les mois à venir ou les décaler en 2021.

L’occasion pour nous lecteur de faire de jolies découvertes et de soutenir nos libraires ! Voici donc la sélection des livres dont j’ai noté la sortie.

  • 3 juin : Qui ne se plante pas, ne pousse jamais de Sophie Tal Men en version poche.

Sophie Tal Men est une autrice dont j’apprécie beaucoup la plume, j’attendais la sortie au format poche pour lire ce roman, je suis donc ravie de voir qu’elle arrive.

« Lorsqu’elle apprend qu’elle est malade, Jacqueline mesure plus que jamais le prix de chaque instant. Au crépuscule d’une vie riche d’expériences et de souvenirs, elle veut faire partager son goût du bonheur aux deux êtres qui comptent le plus à ses yeux. Alexandre, le garçon qu’elle a élevé, jeune interne en médecine, et Margaux, sa petite-fille, qui travaille dans l’illustre chocolaterie familiale. Tous deux ne sont qu’à la moitié du chemin et déjà happés par leur vie professionnelle ! Depuis les falaises du Cap Fréhel où la vieille dame les a réunis, elle met sur pied un projet un peu fou pour qu’enfin ils ne s’empêchent plus de rêver et écoutent battre leur cœur. Car savoir qui on est, c’est savoir où on va… sans redouter les obstacles qui vous font grandir ! »

  • 3 juin: L’ivresse des libellules de Laure Manel.

 « Quatre couples d’amis décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une luxueuse bastide. Mais l’ambiance qui promettait d’être insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun et chacune, aux modes de vie différents, à l’usure et à la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur existence lorsqu’ils ne l’étaient pas encore…
Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion.

Après l’immense succès de La Délicatesse du homard et de La Mélancolie du kangourou, Laure Manel signe une réjouissante comédie romantique douce-amère, dont les personnages nous semblent incroyablement proches.

Un bel hommage à notre vie de tous les jours. Librairie Les Fringales littéraires. »

  • 11 juin: Le sourire des fées de Laure Manel.

 «  » Rose l’a dit à Lou : il faut croire encore au bonheur. Elle a toujours eu le don pour apporter de la joie à partir de presque rien. Un joli paysage, une belle lumière, le parfum d’une pivoine, le goût du chocolat noir attrapé avec la langue sur le fouet à pâtisserie, un bon repas, un fou rire qui tire les larmes, respirer à pleins poumons, danser, jouer… Ce sont ces petites doses de bonheur à pratiquer au quotidien. C’est à cela qu’il faut s’accrocher.  »
Jamais il n’y a eu plus d’urgence à aimer. »

  • 11 juin: Je m’appelle Mercy de Madame Monsieur illustré par Saskia Halfmouw.

Cet ouvrage va sortir au format album, j’ai vu quelques illustrations et cela a l’air vraiment d’être un très bel ouvrage. L’histoire est forte en plus donc cela s’annonce émouvant je pense.

« Une chanson de l’Eurovision devenue livre pour enfants : l’histoire vraie de Mercy désormais illustrée !

En novembre 2017, Émilie Satt et Jean-Karl Lucas, plus connus sous le nom de Madame Monsieur, lisent un message sur Twitter à propos de la petite Mercy, née à bord de l’Aquarius. Le navire de l’organisation humanitaire SOS Méditerranée vient tout juste de sauver sa mère ainsi que d’autres réfugiés, alors à la dérive sur un bateau fragile. Émilie et Jean-Karl écrivent aussitôt une chanson, elle sera choisie pour représenter la France à l’Eurovision.
Dans un entretien accordé au site néerlandais http://www.eurostory.nl, ils évoquent l’idée de faire de ces paroles un livre illustré. Au même moment, l’artiste néerlandaise Saskia Halfmouw, inspirée par la chanson Mercy, avait déjà créé une ode illustrée pour Eurostory. Tous ces éléments ont été réunis pour aboutir à un livre qui sera publié en néerlandais en avril 2020 par De Eenhoorn et le mois suivant en France par Steinkis.
Outre les paroles, le livre contient un épilogue dans lequel Émilie expliquera l’histoire de Mercy, de la chanson et de la petite fille, car le duo est toujours en contact avec elle et sa mère.
Les droits du livre seront reversés à Mercy et sa famille. »

  • 15 juin : Les sœurs grémillet, tome 1, le rêve de Sarah d’Alessandro Barbucci et Giovanni Di Gregorio. Cette BD aurait dû sortir au mois de Mars pendant le confinement mais vous imaginez bien que cela n’a pas pu être le cas.

« Plonger dans l’histoire comme dans un rêve… Dans un turquoise lumineux et mélancolique apparaissent pour la première fois les trois sœurs Grémillet, guidées par des méduses qui flottent, jusqu’au grand arbre et son palais de verre.

À l’intérieur, une petite méduse lévite au-dessus d’un lit. Sarah, l’aînée, ne s’explique pas ce rêve étrange. Obsédée par ce mystère, elle parviendra à l’élucider avec l’aide de ses deux sœurs. Alessandro Barbucci illumine de son dessin virtuose cette chronique familiale moderne qui, derrière les révélations d’un drame du passé, célèbre l’amour d’une mère pour ses enfants.

Dans ce trio féminin, chacune a son caractère attachant : Sarah, l’aînée autoritaire, Cassiopée la cadette artiste, et Lucille la plus petite qui ne parle qu’à son chat. Les belles pierres de la ville, le jardin des plantes, la végétation luxuriante, les petits marchés…

le lecteur ne voudra plus quitter cet univers enchanteur créé par Barbucci et Di Gregorio ! »

  • 16 juin: La street en mode rebelle de Cécile Alix et Dimitri Zegboko. Cet ouvrage est le tome 2 de la série. J’ai lu le tome 1 au mois de février, cela a été un énorme coup de cœur. Pendant le confinement, j’ai suivi les lives de travail de Céline et Dimitri sur la fin du travail de ce tome, c’était super chouette alors j’ai encore plus envie de découvrir la suite !

« Les aventures décoiffantes et 100% françaises de Carl, Miel et Orel ! Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Carl, Miel et Orel : – La planque ressemble maintenant à un vrai skatepark,  – Leurs parents ne s’aperçoivent de rien, – Oumtiti a la belle vie, avec ses potes moutons amenés par le père Morel. Mais tout dérape vraiment quand : Tête de poire, furieux, découvre qu’ils squattent son entrepôt abandonné. En plus : Il veut le vendre à un promoteur immobilier véreux… l’angoisse totale ! Tout va peut-être s’arranger quand Émilie, la voisine du deuxième, invite Carl, Miel et Orel au concert d’un rappeur célèbre. Les jeunes découvrent qu’il est né dans leur quartier, alors dans leurs esprits de petits génies naît une méga bonne idée. »

  • 17 juin: Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi.

 « « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.

Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline.

Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »

À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Un roman émouvant et plein d’humour sur le temps qui passe et la place des souvenirs. »

  • 17 juin: Les demoiselles d’Anne Gaëlle Huon.

Anne Gaëlle Huon est une autrice pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur pour la plume en lisant ses autres romans. Je suis tout autant curieuse de découvrir celui-ci au vu de son résumé.

« « Il n’y a que trois règles ici, Rosa. La première : ne jamais tomber amoureuse. La deuxième : ne jamais voler l’homme d’une autre. La dernière : ne boire que du champagne millésimé. »

Seule l’une de ces trois règles sera respectée.

J’avais quinze ans quand j’ai pris la route ce matin-là, et une seule idée en tête : rejoindre le Pays Basque, devenir couseuse d’espadrilles, et échapper à mon destin. Jusqu’à ce que je rencontre les Demoiselles.

Des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne.

Qui étaient-elles ?

Quel secret cachaient-elles ?

Libres et incandescentes, accompagnées d’un majordome plus grand qu’une cathédrale, d’un chauffeur louche et d’un perroquet grivois, les Demoiselles n’auraient jamais dû croiser ma route. Pourtant, ces femmes ont changé ma vie. »

  • 17 juin: Et que ne durent que les moments doux de Virginie Grimaldi.

« L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.

L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.

L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin. »

  • 18 juin: Sweet revenge d’Estelle Maskame.

 « Le nouveau roman d’Estelle Maskame, la reine de la romance ado.

Vanessa Murphy ne cherche pas de relation stable, encore moins de petit ami. Avec un père absent, rien de plus simple que de faire le mur pour retrouver Harrison, sa dernière conquête. Mais quand une vidéo de leurs moments intimes, prise par Harrison, fait le tour du lycée, sa vie bascule dans le chaos. Apparaît alors Kai, un garçon qui a lui aussi des comptes à régler avec Harrison. Pour faire de la vie de leur ennemi commun un enfer, Vanessa est prête à prendre tous les risques. À condition, toutefois, de ne pas tomber sous le charme de son associé… »

Ce mois-ci, je n’ai pas de nouveaux podcasts à vous présenter car j’ai continué à écouter ceux que j’écoute depuis le début de l’année et je n’ai pas pris le temps d’en découvrir de nouveaux.

Ce mois-ci je n’ai pas regardé beaucoup de films et séries mais voici ceux que j’ai regardé :

  • Abstract, l’art du design sur Netflix une série que je trouve véritablement passionnante sur le monde de l’art. C’est vraiment le genre de série que j’adore car cela me permet d’apprendre plus de choses en lien avec mes études tout en me reposant tranquillement, c’est parfait!
  • Expedition happiness un très joli documentaire sur Netflix.
  • L’échelle céleste, l’art de Cai Guo-Qiang, un magnifique documentaire sur le travail de cet artiste. Je ne le connaissais pas mais j’ai été époustouflé par son travail.
  • L’envol sur Disney+, un très beau court-métrage qui sensibilise à la différence, je l’ai vraiment trouvé, beau, poétique.
  • Piper sur Disney+ qui est aussi un très beau court-métrage.
  • Out, un autre court-métrage sur Disney+.

J’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à venir discuter avec moi, à me dire ce que vous avez pensé de cet article ou à partager des souvenirs avec moi si vous le souhaitez, à partager les nouveautés livresques qui vous tentent si il y en a, ou encore à me conseiller des podcasts, films ou séries.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :