Mes lectures du mois de Mai

Coucou,

Dans cette bullette je vous retrouve afin de vous parler de mes lectures du mois de Mai. Elles n’ont pas été nombreuses, néanmoins, elles ont toutes étaient de très jolies découvertes dont j’avais hâte de vous parler.

J’espère que cet article vous plaira et qu’il vous permettra de faire de belles découvertes, bonne lecture 🙂

C114B43B-CDF8-459E-AA1B-987A9E6CA5B7

  • Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins d’Alejandro Palomas publié aux éditions Cherche midi.

J’ai découvert cet ouvrage en début d’année grâce à Marie (@muffinsandbooks) et j’ai eu très envie de le découvrir. C’est maintenant chose faite, j’ai eu un joli coup de cœur. La première chose que je tiens à dire c’est que sa couverture est magnifique, à la fois poétique et intrigante ce qui nous donne encore plus envie de découvrir les mots de l’auteur.

Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins est un roman poignant où nous découvrons l’histoire de Guille, diminutif de Guillermo, un petit garçon solitaire et sensible de 9 ans. C’est un enfant qui n’aime pas jouer au foot avec les autres garçons de l’école, qui est atypique, différents des autres et unique. Sa seule amie est sa voisine Nazia, petite fille pakistanaise. Après l’école, ils vont souvent chez lui, faire leurs devoirs ensemble. Un jour, la maîtresse demande à chacun des élèves de répondre à la question suivante : « Quand je serai grand, je veux être… », c’est ainsi que le jeune garçon va affirmer « Moi, je voudrais être… Mary Poppins ». C’est comme cela que l’histoire débute et que nous allons petit à petit plonger dans le récit de vie compliqué d’un enfant qui vit seul avec son père et des secrets. C’est aussi ainsi que nous allons plonger dans une enquête menée par la psychologue de l’école du jeune garçon pour découvrir ce qui se cache derrière le sourire de Guille. Tout du long de ce récit nous allons nous demander pourquoi Guille a tant besoin de ce pouvoir de Mary Poppins ?

Je ne souhaite pas vous en dire plus car c’est un joli récit que je vous invite à découvrir. C’est un roman original, touchant, bouleversant, plein de tendresse, de subtilités, de sensibilité. On ne peut que s’attacher à ce jeune héros qui a su trouver sa force dans Mary Poppins, dans l’imaginaire. Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins est un roman extrêmement addictif, on est happé par l’histoire de cet enfant intelligent, émouvant, fragile et en même temps si tellement fort et mature. C’est un roman sur l’amour, le manque d’un être cher, le rêve, la puissance de l’imaginaire qui met aussi avec brio en évidence des sujets forts comme la différence qui est abordé de façon très sensible avec Guille, cet enfant mystérieux, que les autres fuient et avec son amie Nazia, pakistanaise dont les conditions de vie sont décrites de manière très fine et très sensible.

C’est un très beau récit. L’auteur a une plume très agréable à lire, je ne peux que vous conseiller ce roman qui vous ferra avec certitude passer un bon moment de lecture.

3BAB793A-3E73-4204-9714-7AEEF0290E61

Ce roman est un thriller adolescent. J’en ai suivi le processus de création grâce aux vlogs postés par Anne-Fleur et Samantha sur la chaîne YouTube de Samantha Bailly. Depuis ce moment, je n’attendais qu’une chose, sa parution pour découvrir ce que pouvait donner un projet à 4 mains de la part de ces deux autrices. J’avais vraiment hâte de le découvrir. Le confinement est passé par là et je n’ai pas pu me rendre tout de suite en librairie à sa sortie mais je l’ai fait après cette période ce n’est pas grave et j’ai lu immédiatement cet ouvrage tellement j’avais envie de découvrir leur récit.

Dans cette histoire, nous plongeons aux côtés du personnage de Prudence, une adolescente danseuse et grande fan d’une Youtubeuse beauté, Lolita. Seulement tout ne va pas se passer comme prévu et quand du jour au lendemain, toute trace virtuelle Lolita disparaît, Prudence va se sentir obligée de partir à la recherche du pourquoi du comment afin de retrouver cette jeune femme qu’elle admire.

Tout au long de ce récit, nous alternons entre différentes temporalités et entre deux points de vue écrits par deux paires de mains différentes. C’est une réussite ! Je connais bien la plume de Samantha Bailly qui est une de mes autrices favorites mais je ne connaissais pas du tout celle d’Anne Fleur Multon et je dois dire qu’elles se sont toutes les deux liés avec brio au point que l’on ne sait pas deviner qui écrit. Leurs deux plumes sont très fluides et addictives.

C’est un livre que je qualifie d’engagé car il évoque avec conviction et brio des sujets très fort tels que le harcèlement digital, la dépendance, l’emprise, la solitude, la charge mentale, le paradoxe entre la vie virtuelle que l’on choisit de montrer sur les réseaux sociaux et la vraie vie, les conséquences du fait d’être médiatisé sur les réseaux aujourd’hui, l’actualité des réseaux sociaux à l’ère des influenceurs, le racisme, l’orientation sexuelle et amoureuse, les maladies mentales, etc…

J’ai beaucoup aimé voir ces thèmes abordés car ils sont très réalistes quant à la vie dans notre société actuelle. Il est selon moi très important pour des auteurs et autrices de s’engager pour ce genre de sujets car ils sont primordiaux à notre époque !

Ce roman montre aussi avec brio l’envers du décor des « influenceurs », tout en donnant sens au titre du roman. Cela permet de mettre en lumière des informations importante que beaucoup oublie sur cet univers mais aussi et surtout de mettre en avant les conséquences que cela peut avoir notamment psychologiquement si l’on ne fait pas attention, tout en montrant le côté superficiel qu’il peut y avoir. Il ne faut pas l’oublier, les réseaux sociaux c’est bien beau mais ce n’est pas la vraie vie ! Les divers sujets évoqués par les deux autrices sont bien traités, je trouve important de les voir dans un roman pour permettre de sensibiliser. En écrivant ces mots, je pense à la jeune génération qui bien souvent n’a pas conscience de tout cela alors il est important de pouvoir leur transmettre des informations.

Il y a quelque chose que je trouve très intéressant dans cette sensibilisation proposée, c’est que les deux jeunes femmes transmettent des informations tout en incitant chacun à se faire sa propre opinion.

J’ai aimé suivre Prudence et Lolita qui sont toutes deux très attachantes. L’enquête est agréable à découvrir, pour moi qui ne suis pas thriller, c’était vraiment très agréable.
Ce que j’ai beaucoup apprécie aussi dans ce récit c’est la belle mise en avant de valeurs essentielles à nos vies : l’entraide, la bienveillance, l’amitié, l’amour, la famille, la solidarité.

C’est un très bel ouvrage à 4 mains de la part des deux autrices, un magnifique duo qui nous offre une histoire originale et réaliste que nous prenons plaisir à découvrir. C’est très addictif.

DDCF32D9-D5F0-4DB6-B7F7-E392B25BAC0F

  • Un monde à portée de main de Maylis de Kerangal publié ici chez Folio.

Cet ouvrage est un ouvrage que j’ai découvert seulement quelques jours avant le début du confinement grâce à Marine (@marinestouppou) qui en parlait sur Instagram en présentant ces lectures du confinement. Le week-end qui a suivi était le dernier avant le confinement et pour ma part, j’allais dans ma famille. Lors d’une balade en librairie, j’ai trouvé par hasard cet ouvrage alors je me suis dit que j’allais l’acheter car il avait vraiment été une découverte qui m’intriguait beaucoup suite à la présentation faite par Marine. Cela m’a permis de le lire pendant le confinement et de faire une jolie découverte. C’est une des plus belles de toutes mes lectures du confinement. Je suis ravie de l’avoir découvert grâce à Marine. Il est superbement bien écrit, poignant, juste, inspirant. C’est une belle réflexion sur la nature de l’art, sur le lien avec le monde que ce soit en passant du minéral à la technique du cinéma, tout en plongeant dans l’intimité du monde et de la société.

La plume de l’autrice est magnifique, cela met divinement bien en valeur le monde de l’art. La seule petite chose que je vois qui pourrait parfois poser problème c’est le fait que les textes soient extrêmement détaillés pouvant surement lasser certains lectures ou nous perdre dans cette multitude d’informations. Pour ma part, cela n’a pas été mon cas tellement j’ai apprécié ce récit.

Pourquoi apprécie-t-on un livre ? Pour son histoire ? Pour la plume ? Pour le voyage qu’il nous offre ? Pour ses idées ? Pour son originalité ? Dans cet ouvrage nous trouvons tout cela.

Dans « Un monde à portée de main » Maylis de Kerangal nous invite à découvrir le monde merveilleux de l’art, le monde imaginaire des faiseurs d’illusions, le monde des restaurateurs d’œuvres d’art. Dans ce récit, l’une des artistes se prénomme Paula, en 2007 elle a vingt ans, l’âge idéal pour s’émerveiller, s’enthousiasmer et mordre dans la vie avec toute la détermination de sa jeunesse. Elle intègre l’Institut supérieur de la peinture à Bruxelles où elle découvre l’art de reproduire les minéraux, plus particulièrement les marbres, les végétaux, dont toute une palette de bois aux veines complexes, les animaux, etc…

L’autrice nous fait découvrir le quotidien d’une artiste avec tous ces détails qui font de ce récit quelque chose de totalement réaliste, profond et nous donne envie de partager le quotidien de Paula Karst, une artiste peintre.
Ce récit ne s’arrête pas à cela, il nous offre un véritable spectacle. Dans le monde de l’art, on recherche une équipe capable de relever le défi artistique et scientifique du projet Lascaux : reproduire avec précision les dessins des célèbres grottes pour pouvoir offrir au public l’illusion de se promener dans la «chapelle Sixtine de l’art pariétal». C’est ainsi que Paula va se retrouver confrontée aux premières œuvres d’art. Et nous en tant que lecteurs, nous allons plonger dans une merveilleuse aventure artistique. C’est magnifique!

583FA178-1BE2-409C-87C9-05C69B2575A1

Guillaume Musso est un des auteurs français les plus populaires. Pourtant, je n’avais encore jamais lu de roman de sa part. C’est avec « La vie secrète des écrivains» que j’ai découvert sa plume. C’est un très bel ouvrage dont le résumé m’avait beaucoup intrigué.

Cet ouvrage nous relate l’histoire de Raphaël, un jeune homme qui souhaite être publié en vain. Un jour, afin de continuer sa vie, il accepte un travail sur l’île de Beaumont. Ile sur laquelle est reclus Nathan Fawles, son écrivain favori qui a pris sa retraite des années plus tôt sans que personne ne sache pourquoi ?

Une petite île bien agréable où tout va basculer du jour au lendemain lorsqu’elle va se retrouver le théâtre d’un meurtre.

La plume de Guillaume Musso est très agréable, elle nous livre de nombreux détails, on peut merveilleusement bien se figurer les décors grâce aux descriptions parfaites de l’auteur. L’île Beaumont où se passe l’intrigue semble si réel que cela nous donne envie de nous y rendre pour la découvrir. Il y a même au début du roman, une carte pour mieux situer les différents lieux importants. L’auteur s’est inspiré d’une ville californienne, d’une île Corse et de la ville de Porquerolles pour créer cet endroit avec toutes les caractéristiques d’une île, la pêche, le bateau qui amène les voyageurs ou les fournitures, les falaises, la plage, la mer, les petits commercent de proximité, la petite librairie, les jolis paysages, etc…

Toute l’ambiance imaginée par Guillaume Musso nous donne vraiment envie de nous y rendre. Les personnages sont aussi merveilleux, ce qui rend le récit encore plus intéressant à découvrir.

Je me suis laissée emporter par l’histoire, pour une première découverte de sa plume je suis ravie.

3C0890E7-7D0B-4D74-88E4-A0B9BA9C30CC

  • Le jardin de rose d’Hervé Duphot est une BD publiée aux éditions Delcourt.

Je n’ai pas envie de vous en dire trop sur cette histoire car elle mérite juste d’être découverte. C’est une merveilleuse parenthèse de lecture ! Je découvre ici Hervé Duphot et j’ai eu un véritable coup de cœur pour son univers me plait beaucoup. Des aquarelles toutes douces, une attention particulière au découpage et à la lumière, des personnages touchants et justes, une belle dose d’humanité, on se sent bien dans le jardin de Rose ! Hervé Duphot dessine la vie qui va et met en lumière de bien jolie façon ces jardins ouvriers auxquels il est très attaché depuis l’enfance. C’est une jolie histoire à découvrir qui offre un joli moment de douceur après la période que nous avons tous vécu. Une bande-dessinée toute douce, optimiste et pleine de tendresse. C’est un merveilleux coup de cœur.

J’espère que cet article vous a plu, qu’il vous a permis de faire de jolies découvertes livresques ? N’hésitez pas à me faire vos retours, à me dire si vous avez déjà lu certains de ces ouvrages ? Si vous avez envie d’en découvrir d’autres ou encore à me présenter vos dernières lectures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s