1 an de prise d’autonomie dans mon appartement, je vous partage mon expérience

Coucou,

Dans cette bullette, je vous retrouve afin de partager mon expérience après 1 an de prise d’autonomie dans mon premier appartement. En effet, au moment où sort cet article, cela fait un an jour pour jour que je suis dans mon petit cocon et que je vis en autonomie. C’est un sujet que je tenais à évoquer ici depuis un petit moment, j’espère que cet article vous plaira, je vous souhaite une bonne lecture 🙂

Tout d’abord, je vous propose de vous partager mon expérience et ensuite de répondre à vos questions. En effet, lorsque j’ai commencé à créer cette bullette, j’ai eu envie de vous proposer sur Instagram de me poser vos questions afin de compléter mon article.

Mon expérience

Prendre mon autonomie dans un appartement pour ouvrir mes ailes et prendre mon envol était un rêve que j’avais en tête depuis un moment. Je savais aussi au plus profond de moi que j’étais prête, capable de m’en sortir. Alors quand j’ai eu cette opportunité, je l’ai saisis car elle arrivait au bon moment dans ma vie. Aujourd’hui, cela fait un an et je suis très fière d’avoir saisi cette chance car elle m’a permis de me redécouvrir et de reprendre confiance en moi, en mon corps. En effet, le handicap, la maladie sont arrivés tôt dans ma vie et même si je suis une jeune femme très positive, il faut se l’avouer, quand on a 16 ans ce n’est pas facile de se dire que l’on doit faire une croix sur ces rêves ou tout du moins les réinventer, cela fait perdre confiance en soi sans même parfois s’en rendre compte. Pour ma part, je m’en étais pas rendu compte mais cela a été en parti le cas. Tout comme j’ai oublié sans m’en rendre compte certaines choses simples de la vie que je ne vivais plus car cela demandait trop d’énergie, que mon environnement n’était pas complètement adapté, etc.…
Alors quand j’ai eu cette opportunité, nous avons fait la visite et j’y ai vu une nouvelle page de ma vie, de mon histoire de écrire. L’opportunité de concrétiser un rêve, un projet dont j’étais profondément convaincue, je savais que j’allais y arriver et que tout aller bien se passer.
Un an après je peux vous dire que oui tout se passe bien et que je suis très fière de moi. Je me suis redécouverte, j’ai appris à reprendre confiance en moi, en mon corps malgré l’a maladie, le handicap qui ne sont pas un frein à l’autonomie. Il faut juste s’adapter, trouver son rythme, une organisation qui nous convient, mettre les aides nécessaires en place si besoin et il n’y a pas de raison de ne pas réussir. Je suis vraiment très heureuse, épanouie. C’est donc une expérience très positive que je vous partage.
Malgré tout, il y a quand même eu plusieurs moments de vie plus négatif comme un gros dégât des eaux dans la salle de bain un mois après mon arrivée; des soucis thermiques : pas de chauffage de l’hiver allant jusqu’à parfois 12 degré dans le logement, très chaud l’été (presque 38) ce qui est aussi problématique quand on ne régule plus sa température, d’ailleurs cela me permet de dire que je préfère l’hiver à l’été car au moins si j’ai froid je peux me couvrir; des soucis phoniques (j’entends tout comme si j’étais dehors donc boules quies indispensables pour dormir); des soucis de voisinages; etc…
Tout ceci est épuisant à vivre à force mais je fais le choix de relativiser et de me dire que cela m’a quand même permis en un an de me rendre compte que j’étais vraiment capable, même au-delà de ce que j’avais imaginé et que tout se passe bien. Je suis actuellement en attente de changement de logement à cause des divers soucis qui ne sont plus possible à vivre mais je trouve quand même cette expérience très positive et j’ai hâte de trouver mon nouveau cocon afin que cela soit encore mieux.

Pour ce qui relève de l’adaptation du logement, il est globalement accessible, malgré un souci de lavabo dans la salle de bain qui m’arrive aux épaules, un miroir dans lequel je me vois pas et un évier avec un meuble en dessous. Pour le reste, j’ai choisi un mobilier « adaptable » mais sans que cela se voit et tout va bien 🙂
En ce qui concerne l’environnement de mon logement, il est situé sur un quartier accessible, avec le tramway au bout de ma rue ce qui est vraiment révolutionnaire car je peux me déplacer dans aucune limite! Je redécouvre ma vie, je redécouvre les balades seule, je redécouvre mon autonomie, c’est un bonheur profond.

Je suis vraiment fière, heureuse de cette première année et de cette nouvelle page de mon histoire que j’ai commencé à écrire. Elle m’apporte beaucoup et je sais qu’être une expérience enrichissante!
Si parmi vous, certains hésite à sauter le pas, je ne peux que vous encourager à le faire, avec un handicap ou non, malade ou non, étudiant ou non, foncez! Réaliser vos rêves et n’oubliez jamais: quand on veut, on peut, même si il faut adapter, tout est possible!

Vos questions

Pourquoi avoir fait le choix de l’autonomie ?

Ce choix a été fait pour plusieurs raisons, tout d’abord, à l’approche de mes 22 ans, je ressentais l’envie de prendre mon envol. En effet, comme tous les enfants il y a un moment où l’on a envie de découvrir de nouvelles aventures et partir de chez nos parents même si nous y sommes bien. D’ailleurs, pour ma part, c’est une envie que j’avais depuis plusieurs années, j’avais même envie d’aller faire mes études dans une autre ville sauf que la vie a fait que j’ai dû adapter mes projets de vie. C’est pour cela que j’ai mis un peu plus de temps à réaliser ce rêve. Néanmoins, je savais depuis longtemps que prendre mon autonomie était quelque chose fait pour moi, je sentais au fond de moi que j’en étais capable malgré les aventures que la vie m’a offerte à vivre. Ce choix a donc été un choix réfléchit qui petit à petit est apparu évident.

Ce choix a été aussi accentué par le fait que la maison de ma maman n’était plus tout à fait adapté afin que je puisse me sentir bien physiquement et épanouie dans le partage de la vie de famille. En effet, la maison dispose d’un escalier, ma chambre se trouve à l’étage et malheureusement avec l’arrivée de la maladie, cela a été un point noir quotidien pendant de nombreuses années. En effet, pendant quelques années j’ai monté cet escalier tous les jours à la force des bras sauf que cela demande beaucoup d’énergie, cela entraine beaucoup de fatigue et au fil des années cela devenait compliqué. De temps en temps c’est faisable mais quotidiennement c’est compliqué. Cela entrainait un choix de descendre/monter l’escalier le moins possible, de moins profiter des moments en famille et psychologiquement ce n’était pas facile à vivre.

D’autre part, mes kinés et médecins commençaient aussi de plus en plus à dire attention à ton dos car je me plaignais de plus en plus de douleurs inflammatoires lombaires.

Le choix de l’autonomie a donc été un mélange de plusieurs choses mais une évidence pour ma part et un rêve depuis plusieurs années.

Y’a-t-il eu des choses difficiles à vivre dans ce choix que tu as fait ?

Dans le choix non car c’était vraiment un choix très réfléchit de ma part et dont j’étais certaine. Par contre, la réaction de certains de mes proches a été un peu difficile à vivre et certains mots resteront à jamais en mémoire. Ce sont des réactions de peurs de leur part qui peuvent être compréhensible mais qui ne correspondent pas à ce dont j’avais besoin dans l’accompagnement de cette décision de ma part.

Il y a aussi divers soucis sur le logement : dégât des eaux un mois après mon arrivée, gros soucis thermiques et phoniques (j’entends tout comme si j’étais dehors, très froid l’hiver, très chaud l’été) et la vie avec les voisins qui sont difficiles à vivre mais on s’adapte le temps de trouver une solution plus sereine.

Comment as-tu trouvé ton appartement ? As-tu dû y faire des travaux ?

Pour trouver mon appartement, j’avais fait une demande de logement social adapté presque 2 ans avant. D’ailleurs, je ne m’attendais pas du tout à trouver mon appartement à ce moment-là car je n’avais aucune nouvelle et c’était d’ailleurs un peu désespérant. Et un jour, en juillet 2019, alors que j’étais en vacances chez mon papa, j’ai reçu un mail (nous sortions de courses pour être exacte) où l’on me proposait un logement à venir visiter très rapidement. Deux jours après nous avons donc fait la route avec mon papa afin de nous rendre sur Angers pour visiter l’appartement. C’est une visite que j’ai fait en famille avec mes parents, ma sœur, la dame responsable de la visite mais aussi une « éducatrice » de l’APF qui m’accompagne depuis plusieurs années dans mes projets.

Cette visite s’est globalement bien passée, je me suis sentie bien dans l’appartement, j’ai pu être rassurée par mes proches sur le côté technique pour lequel j’avais vraiment besoin d’être accompagnée car je n’y connaissais rien. Par contre, j’avais une grosse crainte sur la pièce principale qui dispose de deux sortes de poteaux « technique » vraiment mal fichus qui prennent beaucoup de place ce qui m’inquiétait beaucoup pour l’aménagement, je voyais cela impossible. Du coup, j’ai ressenti le besoin de contacter mon ergothérapeute afin de lui transmettre les photos prises lors de la visite pour quelle puisse me donner son point de vue. Nous avons beaucoup discuté ensemble par téléphone, elle m’a donné son avis et ensuite j’ai pris ma décision.

Pour les travaux, non nous n’en avons pas fait. Par contre, c’est un appartement « neuf » : d’anciens bureaux transformés en appartement donc tout était globalement adapté sauf quelques petites choses. Mais étant en locatif, je n’ai pas fait de travaux.

Vous avez pu repeindre les murs ? Si oui, de quelles couleurs ?

Non du coup on a pas eu besoin de repeindre les murs car l’appartement était neuf. Les murs sont blancs et cela me convient très bien 🙂

Comment tu t’en sors avec ton handicap ?

Très bien, je suis fière de moi, de ce que j’arrive à faire, j’étais persuadée que cela allait bien se passer mais voir que cela se passe réellement bine est important car cela permet de reprendre confiance en soi, reprendre confiance en mon corps qui m’a fait vivre plusieurs fois de mauvaises surprises, cela fait beaucoup de bien. Au quotidien, c’est une organisation pour ne pas trop m’épuiser et que tout se passe bien mais je n’ai à ce jour pas rencontré de problématique.

Comment as-tu fait pour l’agencement ? Choisir ton mobilier, ta décoration ? Plutôt neuf, ancien ou un mélange ?

La première chose que j’ai fait c’est discuter longuement avec mon ergothérapeute qui m’a donné des conseils. Après, je me suis aussi beaucoup débrouillée par moi-même pour réfléchir, trouver des solutions à mes questionnements et je suis la reine du système D.

Pour le choix l’agencement, du mobilier, etc…cela a été beaucoup de réflexions, beaucoup de questions : quels sont mes besoins ? Y-a-t-il des choses indispensables à ma sécurité ? Comment adapter au mieux ? Etc…

Et après, j’ai passé de longs moments sur ma tablette sur les divers sites d’ameublements, de déco, d’électroménager à comparer, chercher, etc…

Je suis parti sur du neuf car c’est ce qui était le plus simple pour des questions ergonomiques, adaptations, etc…mais j’aimerais bien pourquoi pas à l’avenier trouver des meubles anciens à rénover un peu pour apporter un peu de charme.

D’ailleurs, pour les questions aménagements, j’ai sur Instagram fait des stories que vous retrouvez « À la une » où je vous montre les adaptations petit prix de la cuisine pour ceux que cela intéresse.

Est-ce que tu avais des peurs avant de vivre dans ton appartement ?

Pour ma part, pas du tout, j’ai beaucoup réfléchi à cette question et je n’en ai pas trouvé.

Qu’est ce qui te manque le plus aujourd’hui ?

Alors ça, j’avoue que c’est une excellente question qui me pose une colle et je ne pense pas qu’il y est quelque chose qui me manque. Au contraire, ce choix me permet de revivre ou redécouvrir des choses que j’avais oublié sans m’en rendre compte, ce qui est merveilleux à vivre et aussi parfois émouvant.

As-tu des regrets ?

Aucun, enfin si j’en ai ressenti un petit qui n’a duré que quelques heures, celui de ne pas avoir vécu les derniers mois de mon chien avec lui avant qu’il s’envole. Cela a été très difficile de ressentir cela au mois de mars mais je me suis très vite dit qu’il est surement très fier là où il se trouve de me voir épanouie dans cette nouvelle page de mon histoire.

Tes indispensables pour ton chez toi ?

Je ne dirais pas des indispensables mais un indispensable qui va peut-être en surprendre beaucoup car il est inattendu, les ampoules à luminosité variable ! Elles sont réglables grâce à une télécommande qui permet de faire varier l’intensité lumineuse, l’ambiance chaude ou froide de la lumière ou encore le fait de changer la couleur de l’ampoule (toutes les couleurs de l’arc-en-ciel). Moi qui suis photosensible, j’avoue que cela révolutionne la lumière chez moi qui devient supportable et que je peux changer comme je le souhaite. D’ailleurs, cela a eu un effet rééducatif sur mes yeux car cela m’a aidé à supporter à nouveau petit à petit des intensités lumineuses que je ne supportais plus.

Tes conseils pour un premier appartement ?

  1. Se faire des listes en fonction des pièces du logement afin de faire le point sur les besoins pièces par pièces, les indispensables, etc…
  2. Ne pas hésiter à questionner ces proches même si la question semble stupide. En effet quand c’est une première, on a parfois des doutes, des questions alors il vaut mieux questionner. D’ailleurs, pour la visite, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner par diverses personnes.
  3. Créer une boîte à outils avec quelques indispensables, tournevis, clés, pince multiprise, mètre, lampe torche, quelques vis, etc… Personnellement, c’est mon papa qui a fait, quand il m’a dit je lui ai demandé « Bah pourquoi faire ? » mais j’ai très vite compris 🙂
  4. Faire un grand tri avant le déménagement, cela ne sert à rien d’emmener des choses qui ne sont plus utiles.
  5. Faire un grand ménage avant l’emménagement.
  6. Créer une boîte à bazar avec toutes les notices, etc…

As-tu une aide à domicile ? Si oui combien d’heures ?

Une question qui est beaucoup revenue et qui est d’ailleurs un gros sujet !

Au tout début, j’ai eu des aides à domicile. En effet, par sécurité nous avons tout d’abord fait le choix que je puisse être accompagnée.

Le premier mois, j’ai donc eu des aides à domicile pour tous les repas afin de m’aider à cuisiner avec en plus 4 heures par semaine pour les courses et le ménage. En 15 jours, j’ai très vite dit stop, le rythme ne va pas, cela m’handicape plus qu’autre chose donc au bout de 15 jours, j’ai arrêté les aides à domicile pour l’accompagnement à la création des repas. Pour le reste, nous avons laissé les courses et l’aide au ménage. Puis il y a eu le confinement qui a tout chamboulé.

En effet, pendant cette période dès le début, les aides à domicile m’ont signalé le fait qu’elles n’interviendraient plus car je ne fais pas parti des interventions prioritaires. Je me suis donc retrouvée dès le premier jour de confinement sans aides à domicile pour les courses et le ménage. Autant vous dire que cela chamboule tout et qu’il faut solutionner autrement. C’est aussi un test parfait pour voir si je m’en sors seule. Durant le confinement, je me suis donc débrouillée seule avec juste mes proches qui allaient chercher les courses que je faisais par drive pour me les amener. J’ai aussi eu la chance d’avoir l’opération « Adopte ton maraicher » de ma ville avec des petits producteurs de fruits et légumes au pied de chez moi donc j’ai pu y faire mes courses toutes les semaines. Pour le ménage, je me suis débrouillée seule et cela m’a permis de me rendre compte que j’étais tout à fait capable de me débrouiller seule en ayant juste une organisation particulière avec un peu de ménage pièce par pièce chaque jour.

Au moment du déconfinement, les aides à domicile ont repris contact mais en stipulant le fait qu’elles pouvaient intervenir sauf qu’il fallait que je sois dans une autre pièce ou alors qu’elles aillent faire les courses sans moi et que je leur confie de l’argent. Ce qui a été pour ma part hors de question car les aides à domicile sont là mais dans un but d’accompagnement, pas dans le but de faire à ma place. Nous avons donc attendu un peu avant de reprendre. Puis début juin, cela a pu reprendre comme avant avec juste tous les gestes barrières sauf qu’en 15 jours, cela s’est extrêmement mal passé ! Aides à domicile en arrêt non remplacé, changement d’horaires en dernières minutes, personne désagréable à mon domicile, etc… J’ai alors pris la décision de dire stop car finalement je m’en sors bien seule, le confinement me l’a prouvé. Je peux gérer les courses en me déplaçant avec mon fauteuil électrique ou en faisant des drives. La seule chose qui me pose souci est le changement de housse de couette donc là je demande de l’aide à mes proches au besoin.

Le confinement aura donc été un très bon test qui m’a permis de me rendre compte que je m’en sors et si besoin j’ai mes proches.

Est-ce que cela a été stressant ?

Je n’en ai pas le souvenir, après ce n’est pas quelque chose qui fait partie de ma personnalité, je suis plutôt du style à relativiser, positiver. Un problème, un solution comme on dit !

Qu’est-ce qui t’apporte le plus de plaisir dans ta vie en autonomie ?

Faire la cuisine, vivre à mon rythme, redécouvrir des choses que j’avais oublié et surtout la fierté de voir que tout se passe bien qui me permet de reprendre confiance en moi, en mon corps.

Comment as-tu vécu le confinement dans ton appartement ?

Globalement bien, le manque d’extérieur a été difficile à vivre mais comme beaucoup, les soucis de voisinages ont été insupportable aussi mais sinon cela a été. Je me suis aussi improvisée déménageuse en cours de confinement pour changer des meubles de place dans mon appartement afin de changer de point de vue et d’ambiance.

Vis-tu seule ou accompagnée ?

Je vis seule mais j’ai parfois de la visite.

J’espère que cet article vous a plu, que j’ai répondu à vos questions et que j’ai pu vous partager une jolie expérience de vie. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ? À me poser vos questions si vous en avez d’autres ? Ou encore à me partager vos expériences personnelles que j’adorerai découvrir afin d’en échanger ensemble 🙂

7 commentaires sur “1 an de prise d’autonomie dans mon appartement, je vous partage mon expérience

  1. Ping : Joyeux blog anniversaire, je fête mes 3 ans – Les bullettes colorées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :